Le mari de l'ex-Miss Belgique aurait violé une ancienne employée

L'ancienne employée de maison thaïlandaise de Daisy Van Cauwenbergh et son mari Huub Fijen assure avoir vécu "l'enfer" dans la villa de l'ancienne Miss Belgique. 

Tin Tiew est une employée thaïlandaise venue en Belgique avec son mari en 2004 pour travailler pour le compte de Daisy Van Cauwenbergh, ancienne reine de beauté belge. Très vite, la jeune femme s'aperçoit que quelque chose d'anormal se passe. "Mon mari et moi étions venus en Belgique avec un visa de trois mois. Et Huub nous avait imposé à notre arrivée de lui remettre nos passeports, qu'il avait confisqués. Nous étions donc prisonniers" raconte-t-elle.

C'est donc dès leur arrivée chez Huub Fijen et sa femme que le calvaire commence. "En théorie, j'étais nounou des enfants, mon mari était chauffeur. Mais l'étendue de nos tâches ne cessait de s'agrandir. Je devais par exemple rester constamment en cuisine. Mon mari devait lui aussi faire de tout : entretenir le jardin, retaper la maison, aller rechercher Huub, ivre, n'importe où et à toute heure de la nuit", détaille-t-elle. 

Transformée en esclave sexuel

Mais le pire reste encore à venir. En effet Tin Tiew, qui a depuis rejoint l'Allemagne sous un autre nom pour pouvoir travailler après la prescription des faits qu'elle reprochait au couple belge, a été abusée sexuellement de nombreuses fois. "Huub était plus aimable que Daisy... enfin, c'était pour une raison précise. Il n'arrêtait pas de m'embêter. Et cela ne se limitait pas à des attouchements. J'étais régulièrement obligée d'aller dans leur sauna avec lui. Et dès que Daisy se retirait dans sa chambre pour être seule, il venait chez moi pour... Bref, j'étais son esclave sexuelle", explique-t-elle, anéantie. Aujourd'hui cette femme thaïlandaise et son mari n'ont pas le sentiment que" justice n'a pas été rendue". "Cela fait dix ans maintenant, mais je peux encore résumer cela en quelques mots: c'était l'enfer", conclut-elle.

Rubriques

People