Louis Sarkozy plaide pour une légalisation de toutes les drogues

Louis Sarkozy, fils de Nicolas Sarkozy, a publié une tribune sur Twitter dans laquelle il explique que « criminaliser les drogues nuit à la société ». Par le biais d’exemples, il démontre que sa légalisation serait au contraire bénéfique pour toute société.

Un échec des politiques de répression

Dans son argumentation, le jeune Sarkozy commence à démontrer l’échec des politiques de répression. Il compare la drogue à l’alcool, qui ne subit aucune interdiction : « aujourd'hui, personne ne croit que le gouvernement devrait perdre du temps, de l'argent et des ressources pour tenter de rétablir l'interdiction de l'alcool. Pourquoi les drogues ne sont-elles pas tenues au même niveau? », écrit-il.

Des mesures coûteuses

Le jeune homme de 20 ans plaide pour une « législation complète de la drogue ». Selon lui, en plus d’être inefficace, son interdiction à un coût : « en 2016, le gouvernement a dépensé plus de 50 milliards de dollars dans ses vains efforts et a arrêté plus de 1 572 579 citoyens, dont 84% ont été arrêtés uniquement pour possession (...) Pourtant, il est frappant de constater que la répression gouvernementale n'arrête en aucune manière le commerce de la drogue dans le monde ». 

Pour lui, en effet, ce sont des comportements en société, et non des usages qui devraient être contrôlés, tout comme l’ivresse. Celui qui se surnomme Sarko Junior sur Twitter prend ensuite l’exemple de la prohibition de l’alcool aux Etats-Unis dans les années 20. La loi avait été un tel fiasco qu'elle avait été abrogée seulement 13 ans après son adoption.

Le succès de la légalisation au Portugal 

Au contraire, le Portugal, avait, en 2010, légalisé la consommation individuelle de drogues. La loi avait alors été saluée par son succès. « Ceux qui disent que la légalisation complète de la drogue déclencherait le chaos dans les rues ne doivent pas regarder plus loin que le Portugal, qui a dépénalisé toutes les drogues en 2001, et ne poursuit personne qui possède moins de 10 jours de substance ».

Dans ce plaidoyer, il explique enfin que cette décision aiderait à réduire le nombre de citoyens actuellement en prison « 16% des détenus sont emprisonnés pour la drogue aux États-Unis ».

En conclusion, les politiques répressives ont toujours un effet négatif selon le jeune Sarkozy. Il encourage une « une réflexion nouvelle et moderne sur la question de la drogue ».

Rubriques

People