Après l'annonce, ce lundi 12 février, de Laura Smet concernant la succession de son père, c'est au tour de Laeticia Halyday, dernière épouse de Johnny Hallyday, de réagir par communiqué. Celle-ci fait part de son "écoeurement". 

Les mots sont forts, à l'image de la bataille qui oppose désormais deux clans de la famille du rockeur mort en décembre dernier. D'un côté, les deux enfants de Johnny Hallyday issus de précédentes unions, Laura Smet et David Hallyday, de l'autre, sa veuve et leurs deux fillettes adoptives, Laeticia Hallyday, Jade et Joy. 

Après l'annonce des avocats de Laura Smet attestant de la volonté de leur cliente de contester le testament de son père, qui la déshérite elle et son frère au seul profit de Laeticia Hallyday, c'est au tour de cette dernière de réagir par avocats interposés. Dans un communiqué transmis à l'AFP, l'épouse de l'idole des jeunes, qui a vécu 22 ans à ses côtés, a fait part de son "écoeurement de l'irruption médiatique autour de la succession de son époux".

Pour autant, Laeticia Hallyday ne compte pas donner raison à Laura Smet et David Hallyday, qui selon le dernier testament de Johnny Hallyday signé en Californie, n'ont le droit à rien dans la succession de leur père. L'épouse du rockeur mort des suites d'un cancer dans la nuit du 05 au 06 décembre dernier se dit "sereine". Ses avocats précisent qu'elle "n'aura de cesse de consacrer toute son énergie à faire respecter le travail et la mémoire de son mari, selon sa volonté et en conformité avec l'esprit de son oeuvre inestimable", explique le communiqué. Le texte indique par ailleurs qu'elle "ne souhaite pas polémiquer par voie de presse".

Plus tôt ce lundi 12 février, Laura Smet faisait part de sa "stupéfaction" concernant la succession de son père. "Laura Smet a découvert avec stupéfaction et douleur le testament de son père Johnny Hallyday au terme duquel l'ensemble de son patrimoine et l'ensemble de ses droits d'artiste seraient exclusivement transmis à sa seule épouse Laeticia par l'effet de la loi californienne", indiquaient ses avocats par communiqué. La fille de Nathalie Baye et Johnny Hallyday précisait qu'elle aurait "préféré que cela reste en famille", mais qu'elle avait "choisi de (se) battre". Une bataille durant laquelle elle sera épaulée par son demi-frère David Hallyday, fils de Johnny Hallyday et Sylvie Vartan. 

Pour les avocats de Laura Smet, les dispositions testamentaires, rédigées aux États-Unis où le chanteur s'était installé, "contreviennent manifestement aux exigences du droit français". 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !