La « grève du sexe » conseillée par Alyssa Milano

L’actrice américaine Alyssa Milano très active dans l’engagement féministe surtout depuis l’affaire Weinstein lance « la grève du sexe »

À l’origine du hashtag #MeToo qui avait déclenché les témoignages et les prises de parole des femmes victimes d’agressions sexuelles, Alyssa Milano se positionne une nouvelle fois comme porte-parole féministe .

L’État américain de Géorgie vient de voter une nouvelle loi stipulant que l’avortement sera interdit à partir du moment où l’on entendra les battements du cœur du fœtus, soit environ à 6 semaines de grossesseet ce, à partir du 1er janvier 2020.

 

La réaction d’Alyssa Milano n’a pas tardé. Elle vient de lancer cette fois, le hashtag #SexStrike accolé à « la grève du sexe » conseillée par l’actrice. Elle a écrit sur les réseaux sociaux : « Jusqu’à ce que nous les femmes ayons le contrôle sur notre corps, nous ne pouvons pas risquer une grossesse. Rejoignez-moi et boycottez le sexe, jusqu’à ce que nous ayons retrouvé notre autonomie physique. J’appelle à une grève du sexe. Faites passer. »

Les réactions des femmes ont été extrêmement nombreuses. Si pour certaines ce point de vue s’entend pour d’autres, il est vivement critiqué.

En France, Marlène Schlappa, la  secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes a publié le texte suivant : « Je vois passer cette idée d’Alyssa Milano de « grève du sexe. » Le sexe n’est pas un service que l’on rend à quelqu’un. Faire la grève du sexe c’est aussi se priver soi-même. Menacer de grève du sexe en réaction aux régressions du droit à l’IVG c’est comme nous punir nous-même une deuxième fois. Il est temps de considérer que les femmes aussi ont droit à une sexualité libre et épanouie et de cesser d’envisager la sexualité des femmes comme quelque chose qui aurait pour but d’être agréable pour… les hommes ! »

À coup sûr, le débat va s’inviter à cannes en ce début de festival !

Rubriques

People