L'entreprise de Jeremstar fonctionnait à merveille, jusqu’à ce que des accusations de proxénétisme et de pédophilie ne soient émises à son encontre. 

Alors qu'il devait assurer la promotion de la sortie de son nouveau livre, Jeremstar est empêtré dans une sombre affaire de complicité de pédophilie selon les accusations d'un jeune influenceur prénommé "aqababe". Mais avant cela, les affaires allaient à merveille pour le chroniqueur de C8. À la tête d'une entreprise comprenant un salarié et cinq autoentrepreneurs, l'homme se félicitait dans les colonnes de Challenges : "Je suis chef d'entre­prise, influen­ceur et jour­na­liste, décla­rait-il. Ma société a été créée en 2015 dans le domaine de la produc­tion audio­vi­suelle et la créa­tion vidéo". 

Un chiffre d'affaires de 1,2 million d'euros 

Grâce aux nombreux placements de produits qu'il effectue sur Snapchat et Instagram pour le compte de plusieurs marques, Jeremstar touche de coquettes sommes. "Pour une story Snap­chat, c'est 10 000 euros la jour­née, explique-t-il. Mais je fais du sur-mesure, et cela peut aussi varier de 30 à 80 000 euros." 

En 2016, son chiffre d'affaire avait atteint les 900 000 euros annuel, et en 2017 il avait réussi à dépasser le million avec la somme de 1,2 million d'euros.

Avant que ce scandale éclate, Jeremy Giscon avait des projets plein la tête : "J'ai le projet de créer une agence de commu­ni­ca­tion digi­tale, concluait-il. Car c'est bien cela mon exper­tise et je peux conseiller des entre­prises sur ce sujet. Côté spec­tacle, on avait imaginé de faire un Olym­pia l'année dernière mais je n'étais pas prêt." Pas sûr que ces derniers rêves se concrétisent avec les lourdes accusations qui pèsent à son égard et les vidéos faisant office de preuves qui se partagent chaque jour sur les réseaux sociaux.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !