Duel à l’Assemblée

Grosse tension le 8 mai sous l’Arc de triomphe, entre Jean-Luc Mélenchon et le questeur de l’Assemblée, le macroniste Florian Bachelier, qui ont failli en venir aux mains.

 

A l’origine de cette scène pour le moins inattendue, une plaisanterie de Bachelier, qui fait remarquer en souriant à Mélenchon qu’il a été le seul à ne pas pratiquer le covoiturage avec les autres parlementaires.

 

« C’est parce que je suis un nazi, lui répond tout de go l’Insoumis, en s’approchant dangereusement de son interlocuteur. Oui, vous m’avez traité de nazi, et ça, je ne vous le pardonnerai jamais, jamais ! »

 

Un peu plus tard, Bachelier assurait à quelques députés LRM auxquels il racontait la scène qu’il ne l’avait jamais traité de nazi, ajoutant dans l’élan que Mélenchon, à ses yeux, était devenu « un petit nationaliste haineux, un ersatz de Jean-Marie Le Pen ».

 

Sous une autre république, la querelle se serait vidée à l’aube sur le pré…

Rubriques

People