Anthony Torres, plus connu sous son nom de scène Bubbles, a été tué par balles à San Francisco, le 9 septembre dernier. Pour son avocat, aucun doute possible, il s'agit d'un « crime de haine ».

Bien connu du milieu techno et house de San Francisco, Anthony Torres, alias Bubbles, était un performeur, activiste LGBTQ+ et DJ. L'homme a été abattu en pleine rue, aux alentours de 3 heures du matin, alors qu'il se trouvait dans le quartier de Tenderloin, non loin du strip club New Century. Ce quartier de San Francisco est réputé pour être la partie LGBTQ+ historique de la City. C'est dans ses rues qu'ont eu lieu les premières manifestations pour les droits des personnes transgenres, en 1966, rappelle le San Francisco Examiner.

Pour l'avocat de Bubbles, il s'agit sans l'ombre d'un doute d'un "crime de haine". "Qu'un activiste transgenre soit tué dans sa propre rue ne devrait pas être d'actualité et ne le sera pas", assure le conseil.

"Il va y avoir beaucoup de colère"

"Vous saviez toujours quand Bubbles était dans la pièce ou dans l'immeuble. Il était plus grand que nature mais aussi l'une des personnes les plus sincères et compatissantes que je connaisse, décrit l'un des amis d'Anthony Torres, le DJ Buckner Williams. Si Bubbles venait à ta fête, tu savais que ça serait une putain de bonne fête. C'était une figure très connue dans notre communauté et j'attends que cette communauté réagisse fortement. Il va y avoir beaucoup de colère."

"La police a traité notre quartier comme une zone de confinement de crime, laissant le deal s'installer au coin de ma rue toute la journée. Ça attire le crime, et les gens sous coke qui sont facilement irritables...", explique pour sa part l'un des voisins du club de strip, où a été retrouvé à proximité le corps de Bubbles.

Une enquête a été ouverte par la police de San Francisco, qui n'a pas encore requalifié le meurtre d'Anthony Torres en crime de haine.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !