Dans les transports en commun, de plus en plus d’hommes s’assoient avec les jambes écartées, prenant ainsi tout l’espace disponible. Cette façon de faire s’appelle le « manspreading ». 

Qui n’a jamais trouvé cela agaçant dans un transport en commun de voir son voisin prendre toute la place avec ses jambes ? Cette attitude porte un nom et elle est désormais condamnée dans les transports en communs de la ville de Madrid. On nomme cela le « manspreading ».

Une attitude condamnée dans plusieurs villes

Considérée comme machiste, elle empêche le bien-être de nombreuses femmes - et même certains hommes ! - qui se retrouvent « envahies » par leurs voisins. Cette habitude est déjà fortement déconseillée dans plusieurs villes : New York, Tokyo et Séoul.

Des vignettes d’interdictions ont été placées cette semaine à Madrid, provoquant une polémique sur les réseaux sociaux. Sur le site Distractify, la Metropolitan Transporation Anthority lance le débat. « Il va sans dire que l'objectif de cet exercice n'est pas de bêtement pointer du doigt les manspreaders (…) Il s'agit d'ouvrir le dialogue et d'essayer de comprendre pourquoi quelque chose d'aussi énervant continue d’exister. »

En France, le manspreading n’est pas sanctionné. Dans la région parisienne, le STIF (syndicat régional des transports), indique qu’il n’y a « ni réflexion, ni prise de position sur le sujet. » Valérie Pécresse, présidente du STIF s’explique. « Nous n’avons pas eu de remontées de terrain de la part d’opérateurs, RATP et SNCF, ni de la part d’associations d’usagers. » Et vous, avez-vous déjà été victime de manspreading ?

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !