Le célèbre cofondateur de Petit Robert a expliqué dans une interview au Figaro les raisons pour lesquelles il pensait que l'écriture inclusive allait disparaître.

Alors qu'Edouard Philippe, le Premier ministre d'Emmanuel Macron, a officiellement annoncé souhaiter interdire l'usage de l'écriture inclusive dans tout document officiel, Alain Rey a été interrogé sur cette écriture. Alors qu'il a fondé le Petit Robert, il semble apparaître comme l'une des personnes les mieux placées pour juger cette forme d'écriture apparue dans les mouvements féministes. Pour lui, la décision d'Edouard Philippe de bannir cette écriture est "raisonnable, car l'écriture inclusive est une réponse très partielle, qui est de nature à troubler les enfants alors même que ceux-ci ont du mal à maîtriser l'orthographe traditionnelle".

Une écriture vouée à disparaître

Selon Alain Rey, l'écriture inclusive "est une surréaction, certes compréhensive idéologiquement et moralement, mais à côté de la plaque. Elle est inutile, ne serait-ce que parce qu'elle ne peut pas se représenter à l'oral. Un texte en écriture inclusive ne peut pas se parler. C'est donc une complication ridicule et inutile sur un système qui est déjà, pour des raisons historiques, terriblement compliqué". Il valide la décision du Premier ministre de bannir cette écriture semble, selon les professionnels de la langue française,être une mauvaise manière de lutter contre les inégalités hommes-femmes et surtout une tentative brouillonne de rébellion contre le genre masculin. Alain Rey conclut en disant: " il faut d'abord s'occuper de la mentalité collective. Il faut commencer changer notre manière de penser".

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !