Salhia Brakhlia brutalisée

La journaliste de Quotidien a été agressée par le dirigeant d'un groupuscule d'extrême-droite qui se trouvait parmi les gilets jaunes. 

La reporter Salhia Brakhlia, qui couvrait les manifestations des gilets jaunes à Paris, ce samedi 1er décembre, se trouvait sur les Champs-Élysées et aux abords de l'Arc ce Triomphe afin de récolter les témoignages des manifestants. Un reportage durant lequel elle a été violentée par certains gilets jaunes. 

Tandis que son cameraman filmait des gilets jaunes cagoulés, en train d'extraire du sol des pavés pour les jeter sur les forces de l'ordre, un homme s'en est violemment pris à son équipe : "Vas-y ! Dégagez avec votre caméra !". "Nique ta mère ! Casse-toi ! Tu t'es cru où là ? Barre-toi de là ! Tu filmes ma tête. Barre-toi avec ta caméra !", a-t-il lancé tout en s'approchant des journalistes, avant d'être retenu par d'autres gilets jaunes. 

Salhia Brakhlia, reconnaissant parmi les manifestants une personnalité bien connue des extrêmes, s'avance vers un individu qui n'était pas réellement ravi de la voir. "Pour qui vous bossez ?", lui demande alors l'homme, tout en violentant la journaliste et la caméra. "C'est le 'Petit Quoditien' (sic), c'est ça ? C'est le 'Quotidien' ! Vous allez cracher sur nous !", vocifère Yvan Benedetti, à la tête du groupuscule d'extrême droite l'Oeuvre française. 

Rubriques

Médias