Raconter sa maladie sur Twitter

Sur Twitter et sur Instagram, des posts surprenants qui évoquent la maladie ou le handicap se multiplient. Une nouvelle tendance pour informer et sensibiliser.

Par exemple, Sasha témoigne sur Twitter et Instagram de son quotidien comme personne autiste et de sa lutte contre une maladie orpheline et un trouble de stress post-traumatique. “Sans Twitter, il est probable qu’aucun médecin n’aurait jamais trouvé ce dont je souffre”, déclare Sasha, qui souffre également d’un handicap à la colonne vertébrale. Ce n’est pas la seule personne à partager son intimité sur les réseaux sociaux.

Delphine Blanchard a publié pour parler de sa dialyse à domicile, et explique : “Tu deviens acteur de tes soins. Quelque part, tu fais la paix avec la maladie en la partageant”. Selon Laure Guéroult-Accolas, la fondatrice des trois réseaux cancer du sein, du poumon et gynéco, “bénéficier d’encouragements sur ces réseaux sociaux est très puissant au niveau psychologique. On met en scène son épreuve, pour en faire quelque chose d’artistique, d’humoristique, de vindicatif, en fonction de sa personnalité et de son talent”. C’est également un moyen de s’entraider et d’informer sur une maladie d’un point de vue différent.

Rubriques

Médias