Neymar : le sondage de la discorde

Samedi soir, la station de radio RTL a dévoilé un sondage Odoxa concernant l'attitude du joueur star du Paris-Saint-Germain. 

C'est un sondage qui ne passe pas. Ce samedi soir, RTL a dévoilé une étude commandée auprès de l'institut Odoxa, portant sur Neymar Jr. et l'opinion que les Français ont de ce joueur star. Un sondage qui révèle que 84 % des sondés estiment que l'attaquant brésilien en "fait trop" et que les Français sont 59 % à trouver "mauvaise" la politique sportive du PSG. 

Une étude qui n'a pas manqué d'irriter les dirigeants du club parisien, lesquels se sont fendus d'un communiqué amer publié dans la foulée : "Même si l'enquête citée n'utilise pas précisément ces mots, la gestuelle spectaculaire du Brésilien serait perçue comme 'une provocation' qui justifierait parfois une 'punition' pouvant aller jusqu'à une blessure", dénoncent les dirigeants du PSG qui émettent "un doute énorme sur la fiabilité de cette enquête". 

"Nous disons stop à ces pseudo-sondages"

"Si l'on s'en tient à cette seule question, il ressort que 99% des Français seraient en mesure d'émettre un avis fondé sur le jeu pratiqué par Neymar Jr. Nous ne sommes même pas certains qu'au Brésil, le pourcentage de personnes éclairées sur les choses du football atteindraient de telles sphères", dénoncent-ils. 

"En accordant même, pour le simple exercice, une once de crédit à ces chiffres, faut-il rire ou pleurer à la lecture d'un tel résultat ? (...) En allant au bout de la logique de ce drôle de sondage, aurait-on dit, à l'époque que Pelé, George Best, Johan Cruyff, Diego Maradona ou Zinédine Zidane en faisaient 'trop' ?", poursuivent les dirigeants du club de la capitale, avant de conclure : "Nous disons stop à ces pseudo-sondages qui n'auront d'autre effet que d'éloigner de notre championnat les plus grands génies de ce football qui est notre passion partagée. Pour les médias qui souhaiteraient travailler un sujet avant de livrer une énième opinion définitive, voici au moins deux éléments que nous livrons à leur libre appréciation."

Rubriques

Médias