Le mea culpa de Pascal Praud

Le présentateur, qui regrette d'avoir invité sur son plateau un gilet jaune adepte des théories complotistes, a également dénoncé la responsabilité des chaînes d'informations en continu...

Pascal Praud regrette d'avoir permis à un gilet jaune complotiste de s'exprimer sur son plateau. Ce matin, dans L'heure des pros" sur Cnews, le présentateur a également pointé du doigt le rôle des chaînes d'information en continu qui emplifient l'écho médiatique accordé à de nombreux manifestants complotistes : "Les chaînes d'infos ont donné à ces Gilets jaunes des tribunes. Le couple réseaux sociaux et chaînes infos peut être explosif", a-t-il expliqué, avant de diffuser l'extrait d'une interview de Benjamin Girveaux, porte-parole du gouvernement, dans lequel ce dernier critiquait également les chaînes d'information qui ont accueilli sur leurs plateaux des gilets jaunes complotistes. 

"J'ai donné la parole à quelqu'un qui ne méritait pas de l'avoir"

"Benjamin Griveaux a raison. J'ai reçu sur ce plateau un garçon que je ne citerai pas. Il venait de Bretagne avec une casquette à l'envers. Ce même garçon a fait un Facebook Live pour expliquer que l'attentat de Strasbourg était le produit du gouvernement", a expliqué Pascal Praud, faisant ainsi référence à Maxime Nicolle, connu sous le nom de Fly Rider et considéré comme l'un des porte-parole des gilets jaunes. Invité sur plusieurs chaînes, le jeune homme a déblatéré des thèses complotistes, affirmant que le gouvernement avait créé de toutes pièces l'attentat de Strasbourg pour tenter de stopper le mouvement des gilets jaunes. 

"Je pense que pour cette séquence, il y aura un examen de conscience à faire pour les chaînes d'infos. Il faut le dire. Pour tout le monde", a poursuivi Pascal Praud, avant d'ajouter : "J'ai cité un exemple tout à l'heure. J'ai reçu effectivement un gilet jaune. Avec du recul, je me dis que j'ai donné la parole à quelqu'un qui ne méritait pas de l'avoir. C'est aussi simple que ça ».

Rubriques

Médias