Hugo Clément blessé

Le journaliste Hugo Clément assure avoir été pris pour cible par les forces de l'ordre alors qu'il se trouvait parmi les gilets jaunes à Paris, ce samedi 1er décembre. 

L'ancien journaliste de Quotidien circulait à scooter dans les rues de Paris, avec sa compagne Alexandra Rosenfeld, lorsqu'il a décidé de s'arrêter pour photographier des gilets jaunes qui montaient une barricade boulevard Malesherbes. 

"J'ai garé le scooter et commencé à filmer, en conservant mon casque de moto sur la tête. J'étais vêtu d'une parka bleu nuit, et je n'étais pas identifié comme journaliste", a-t-il expliqué dans un message, publié par l'ex-Miss France sur son compte Twitter. 

"Au bout de quelques secondes, alors que j'étais tourné vers le cordon de policiers progressant vers la barricade, les manifestants étant dans mon dos, j'ai été percuté par un projectile en plein visage. La visière du casque a explosé et je suis tombé", a-t-il poursuivi, tout en précisant que le fait de garder son casque lui avait sans doute "évité une blessure beaucoup plus grave". 

Le journaliste, qui était alors à terre, s'est ensuite fait voler son téléphone portable avant d'être mis à l'abri par des manifestants. "Je suis formel sur un point: le projectile provenait du cordon des forces de l'ordre. Les manifestants étaient dans mon dos, et les policiers ont chargé juste après", a-t-il assuré, tout en étant incapable de dire si sa blessure a été causée par un tir de flashball ou une grenade lacrymogène. 

Hugo Clément, qui a également précisé ne pas vouloir pointer du doigt "l'ensemble des policiers qui ont dû travailler dans des conditions très difficiles et stressantes", a assuré avoir été victime "d'un tir tendu qui va à l'encontre des règles de sécurité élémentaires". 

Rubriques

Médias