Europe 1 épinglé par la Cnil

Dans une enquête publiée dimanche, Mediapart affirmait que la radio Europe 1 avait enregistré des informations concernant plus d'un demi-million d'auditeurs via un logiciel qui les stockait sans leur consentement, depuis 2002. 

Europe 1 vient de se faire épingler par la Cnil, la Commission nationale de l'Informatique et des libertés, pour avoir réalisé des "commentaires excessifs" sur des auditeurs. Des commentaires qui revêtaient parfois la forme d'insultes ou bien d'informations personnelles relatives à l'orientation sexuelle. Un avertissement qu'Europe 1 s'est bien gardé de rendre public. 

Dans son enquête de dimanche, Mediapart révèle que la radio a procédé à ces enregistrements sur des fiches via un logiciel qui les stockait depuis 2002. Les fiches contenaient des informations sur près d'un demi-million d'auditeurs.

Le vice-président d'Europe 1, Laurent Guimier, a réagi à ces révélations sur Twitter : « Mediapart révèle un rapport de la CNIL mettant au jour, en 2017, des pratiques honteuses de fichage des auditeurs d’Europe 1. La direction avait alors corrigé ces dérives inadmissibles ».

Le site de la Cnil indique qu'en 2017, la radio a reçu un « avertissement non public » pour « des commentaires excessifs sur les auditeurs ». Concrétement, ces fiches étaient rédigées par les standardistes d'Europe 1, à propos des auditeurs souhaitant passer à l'antenne. Des appréciations personnelles étaient ajoutées, du type : « facho », « voix de vieille pédale », « accent du Maghred », « homo », « séropositif », etc. 

Rubriques

Médias