Des journalistes convoqués par la DGSI

Depuis quelques temps, la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure) convoque des journalistes les uns après les autres. Le droit de la presse serait-il menacé ?

Le site d’investigation Disclose a été convoqué par la DGSI, suite aux faits qu’il a révélés à propos des ventes d’armes françaises à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis. Valentine Oberti, de Quotidien (dans le cadre de la même affaire), et Ariane Chemin, du Monde (dans le cadre de l’affaire Benalla), ainsi que Louis Dreyfus, le président du directoire du Monde, ont été également convoqués par la DGSI.

La ministre des Armées, Florence Parly, a déclaré, probablement en pensant à Disclose : “Je suis destinataire de ces dossiers, contrairement à d’autres qui se procurent ces documents qu’ils n’ont pas à avoir entre les mains, en infraction avec toutes les règles et toutes les lois de notre pays [...]. Lorsque l’on divulgue des documents classifiés, on s’expose à des sanctions”. La journaliste Valentine Oberti a témoigné : “Cela a duré moins d’une heure car j’ai décidé de ne répondre à aucune question. Un journaliste ne dévoile jamais ses sources”.

Rubriques

Médias