Des journalistes convoqués

Trois journalistes ont été convoqués par la gendarmerie suite à leur couverture d’une action menée par les militants de l’association écologiste Alternatiba. Cette branche Action non violente COP21 avait symboliquement décroché le portrait officiel d’Emmanuel Macron dans la mairie de Rouillon, proche de la ville du Mans.

Bruno Mortier, journaliste au quotidien Le Maine Libre a eu la surprise de voir “débouler trois gendarmes” à son domicile. Suite à la couverture de l’action menée par des militants écologistes, la gendarmerie va auditionner le journaliste en qualité de témoin dans cette affaire. Les membres de l’association écologiste avait décroché le portrait officiel du Président pour dénoncer “l’inaction” du gouvernement.

Un correspondant local de Ouest-France ainsi qu’une reporter de la télévision locale présents lors des faits, ont également été convoqués par la gendarmerie. Suite à cette convocation, Bruno Mortier s’est exprimé : “C’est un amalgame intolérable. On me fait passer pour un voyou alors que je n’ai fait que mon métier en couvrant cet événement”. Les journalistes ont été particulièrement étonnés de recevoir cette convocation puisqu’ils avaient indiqué leur présence à titre professionnel aux moments des faits.

Rubriques

Médias