Le journaliste de LCP, qui a toujours nié les fait, a écopé d'un simple rappel à la loi dans l'affaire qui l'oppose à une journaliste de la chaîne, laquelle a depuis démissionné...  

Frédéric Haziza, présentateur vedette de La Chaîne Parlementaire (LCP) - qui devrait être évincé des grilles à la rentrée -, a fait l'objet d'un rappel à la loi dans l'enquête qui le visait suite à des accusations d'agression sexuelle portées par la journaliste Astrid de Villaines, laquelle avait porté plainte. 

« Ce n'est pas parce qu'on est un plaisantin qu'on est un agresseur sexuel »

« Le parquet de Paris lui a remis une convocation devant le délégué du procureur qui lui a notifié un rappel à la loi », a précisé une source judiciaire au Point, confirmant ainsi l'annonce faite par le journaliste lui-même sur le site La Règle du Jeu. Dans une tribune publiée sur ce site, Frédéric Haziza se défend : « Je n'ai jamais été un agresseur sexuel ». Là où la plaignante évoque un pincement à la fesse, le présentateur fait part d'un « pincement aux mollets blagueur ». « Il m'a juste été rappelé, le 11 juillet, qu'il valait mieux éviter désormais les blagues vaseuses », a-t-il rapporté après ce rappel à la loi qui vient clore l'enquête menée par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne.

Dans sa plainte, Astrid de Villaines relatait une agression sexuelle survenue en novembre 2014, expliquant que Frédéric Haziza lui avait pincé la fesse après l'avoir bloquée dans un coin des bureaux de la chaîne LCP. « J'ai toujours contesté cette histoire [de fesse pincée, NDLR]. Je suis un blagueur, mais ce n'est pas parce qu'on est un plaisantin qu'on est un agresseur sexuel », avait déclaré le journaliste à l'AFP. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !