Une famille a vécu 12 ans sans eau à cause d'un impayé de... 300 euros !

La compagnie des eaux Saur a été condamnée le 15 janvier dernier à rétablir l'accès à l'eau à une mère de famille de Perpignan, qui n'y avait plus accès à cause d'un impayé de 300 euros. 

La famille a passé douze ans sans eau courante. La cause de cette coupure ? Un impayé de 300 euros qu'une mère de famille résidant Perpignan (Pyrénées-Orientales), n'arrivait pas à éponger, rapporte ce jeudi 8 mars FranceInfo. La Saur, la compagnie des eaux en charge de desservir ce secteur, a été condamnée par le tribunal de grande instance de Nanterre (hauts-de-Seine) à rétablir l'eau à cette famille. En outre, elle devra verser 1.000 euros à chacune des deux associations qui ont assuré la défense de la mère de famille : France Libertés et la Coordination Eau Île-de-France.

Le conflit débute en 2005. La Perpignanaise, qui élève toute seule son fils d'une dizaine d'années, n'arrive pas à solder une facture d'eau de 300 euros. La Saur lui coupe alors l'eau, sans autre forme de discussion. Une médiation est alors tentée par France Libertés et la Coordination Eau Île-de-France, mais la compagnie de distribution d'eau la refuse sans explications. 

"Rien ne peut légitimer une coupure d'eau"

Trouver de l'eau "devient une obsession. On ne pense qu'à cela. Il faut chercher de l'eau au quotidien c'est difficile, raconte la mère de famille à France Bleu Roussillon. Pour se laver, il faut chauffer l'eau. Le pire c'est les toilettes. Vous ne pouvez pas faire venir des gens chez vous".

À la mi-janvier, le tribunal de grande instance de Nanterre a condamné La Saur à rétablir le branchement en eau de la famille. Pour France Libertés, cette décision de justice "rappelle à l’ensemble des opérateurs qu’ils ont l’obligation de fournir en eau tous leurs usagers. Les conflits qu’ils sont susceptibles d’avoir avec ces derniers ne peuvent en rien légitimer une coupure d’eau illégale."

Rubriques

Insolite