Une fake news efficace

Le Daily Mail, le Sun, Newsweek, Slate, 20 Minutes... Tous sont tombés dans le panneau. 

Fin août, une histoire a fait le tour du monde, celle d'un couple chinois incapable de concevoir un enfant après avoir essayé pendant 4 ans, car ils ne s'y prenaient pas correctement. La jeune femme de 24 ans et son mari de 26 ans, qui ignoraient tout des mécanismes de la reproduction, auraient découvert qu'ils ne pratiquaient pas des rapports sexuels classiques lors d'une consultation chez un gynécologue. Le spécialiste leur aurait alors révélé que les rapports anaux, les seuls qu'ils pratiquaient, ne pouvaient pas entraîner la conception d'un bébé. 

Une fake news particulièrement maîtrisée, qui aurait été lancée par un journal chinois, le Guiyang Evening News, cité comme seul source. Toutefois, aucune trace d'un quelconque article à ce sujet sur leur site. Mais alors d'où peut bien provenir cette fausse information qui a dupé tant de rédactions ? Snope, site de fact-checking américain, n'a pas non plus trouvé de trace de cet article sur le compte Weibo du journal chinois. La seule source possible est attribuée à un agrégateur de contenu, précise Snope. Le mystère demeure entier et une question subsiste : les rédactions prennent-elles simplement le temps de vérifier ne serait-ce qu'une seule information avant de la publier ?

Rubriques

Insolite