En prison, il reçoit des PV pour sa voiture... utilisée par les gendarmes !

Malik Kessaci, emprisonné pour "association de malfaiteurs en vue de préparer un crime", s'est fait saisir sa voiture par la justice avant d'être envoyé derrière les barreaux. Mais il ne s'attendait sûrement pas à recevoir des PV pour des excès de vitesse commis avec son véhicule...

Alors que depuis 2015, année durant laquelle il a été condamné à de la prison ferme, Malik Kessaci n'a pas quitté sa cellule ; le détenu reçoit pourtant régulièrement des PV pour excès de vitesse. Emprisonné pour "association de malfaiteurs en vue de préparer un crime", le détenu derrière les barreaux depuis trois ans s'est fait flasher une dizaine de fois à Perpignan ou bien à Fréjus"A un moment, j'ai écrit à la juge pour lui demander si elle ne l'avait pas remis en liberté à mon insu", ironie l'avocat de Malik Kessaci, Me Jean-Louis Keïta.

Cette situation improbable commence le 10 juin 2015, date à laquelle Malik Kessaci est interpellé au volant de sa Citroën DS4. Son véhicule est alors saisi est remis le 10 novembre à la section de recherche de la gendarmerie de Marseille, qui l'utilise désormais comme voiture banalisée. "A partir de cet instant, ils ne vont pas arrêter de multiplier les infractions [des excès de vitesse] et mon client va commencer à recevoir les avis de contravention", explique Me Keïta. 

Depuis, les PV pleuvent au domicile de la mère du détenu, chez qui il est domicilié. "Comme je ne payais pas, ils nous ont prélevé à la source 1 093 euros", fustige cette dernière. "Ces PV, c'est à eux de les payer, j’aimerais bien qu’ils rendent les sous qu’ils ont pris à tort." Aux dernières nouvelles, la situation n'est toujours pas réglée et la gendarmerie de Marseille continue d'utiliser la Citroën...

Rubriques

Insolite