Violences sexuelles dans le roller derby

De nombreuses sportives accusent la Fédération française de roller et skateboard (FFRS), de ne pas avoir réagi aux témoignages concernant des violences sexuelles.

La responsable de la commission roller derby au sein de la FFRS a appelé à la démission des membres du conseil d’administration de cette dernière. Une dizaine de joueuses ont pris la parole sur les réseaux sociaux en vain. Ces dernières ont témoigné avoir subi ou assisté à des agressions sexuelles et sexistes, des propositions inappropriées, des violences morales, des blagues graveleuses, des comportements paternalistes et des intimidations dans le cadre de leur discipline sportive.

En mars 2014, un des athlètes a fait subir à une sélectionneuse dans l’équipe de France masculine, Gara, une exhibition sexuelle lorsqu’elle partageait les vestiaires avec les athlètes en partance pour la Men’s Roller Derby World Cup, à Manchester. En février, elle avait confié dans un long post Facebook : “Mon vestiaire était donc dans un petit espace sans porte au fond du couloir en face des lavabos, qui était en fait une ancienne douche individuelle désaffectée. J'avais un renfoncement pour éviter d'être à la vue de tous, et les joueurs étaient prévenus de ne pas s'y aventurer quand j'y étais. A la fin de l'entraînement ce samedi-là, je suis passée devant les vestiaires, regard au sol pour éviter de faire face à la nudité de certains joueurs qui se changeaient, et pour rejoindre mon "vestiaire". NG m'a vue passer et m'a offert de rejoindre les hommes dans les douches, ce que j'ai refusé, en continuant d'avancer. Malgré mon refus j'ai continué à l'entendre m'appeler, afin que je vienne les rejoindre et que je ne fasse pas "ma prude". D'un ton sec je lui ai donc répondu "c'est bon maintenant" et je lui ai sommé de se taire avec un vocabulaire plutôt familier.

Un temps de silence m'a fait croire que j'étais en sécurité, j'étais donc en train de me changer, en brassière et m'apprêtant à enlever mon legging, quand NG est apparu, nu, bloquant la seule issue de ce minuscule espace en me demandant si ça allait, et ce que je faisais. Je ne sais pas si vous arrivez à visualiser la scène d'un homme assez imposant qui vous cache la seule lumière de cet espace exigu alors que vous êtes à moitié déshabillée. Le sentiment de sécurité n'est plus là. Bien sûr que non, ça ne va pas. Je lui ai dit de "se barrer" à plusieurs reprises. Lui, NG ne semblait pas mesurer la violence de la situation malgré le fait que je cachais mes yeux mais que je n'osais pas non plus lui tourner le dos parce que j'aurais été encore plus dans une position délicate. Il semblait même la trouver plaisante et assez drôle de son point de vue. Tout dans cette situation puait le danger.”.

Rubriques

Injustices