Une affaire d'esclavage à Paris

C’est dans l’un des quartiers les huppés de la capitale que les faits se déroulent. Pendant plus de 10 ans, une riche saoudienne aurait employé des travailleurs sans papiers et les aurait soumis à une véritable forme d’esclavage.

C’est le chauffeur de Shalimar Sharbatly, une riche saoudienne, qui a décidé de dénoncer son ancienne patronne concernant notamment les conditions de travail qu’elle lui imposait, à lui et ses collègues originaires d’Erythrée ou de Somalie : “Il y a une chambre, elle fait moins de 7m2, c’est comme une cellule de prison, y avait trois personnes qui dormaient à l’intérieur, mais il faut voir… C’est vraiment des esclaves, elles mangeaient des déchets… Et ces filles ne respirent pas l’air dehors, elles sont toujours à la maison”.

Suite à ce témoignage de Mehdi Guenfoud, Shalimar Sharbatly a été interpellée et va être jugée pour traite d’êtres humains, travail dissimulé et emplois d’étrangers non munis d’une autorisation de travail. Me Stéphane Szamès qui défend plusieurs de ces employés s’est exprimé : “Ce sont des personnes qui ne parlent pas le Français, du tout, qui demain vont se retrouver à la rue. Je pense qu’il est important que ces personnes soient accompagnées, grâce à ces personnes on a pu effectivement mettre au grand jour des pratiques qui sont d’un autre temps”.

Rubriques

Injustices