Puni pour avoir laissé une femme chanter

En Iran, le chanteur de pop Hamid Askari a provoqué une polémique en faisant chanter à la fin de l'un de ses concerts sa guitariste. Un acte interdit dans ce pays, qui lui a valu une sévère punition infligée par le gouvernement. 

Le chanteur Hamid Askari, qui jouit d'une popularité grandissante dans son pays, l'Iran, a pris la liberté de laisser chanter en solo sa guitariste à la fin de l'un de ses concerts, le 30 janvier dernier. Un acte qui a déclenché une polémique dans ce pays ultraconservateur. 

Lorsque la star en devenir a laissé sa guitariste, Negin Parsa, entonner quelques notes vocales, les organisateurs du concert se sont précipités pour le débrancher. Qu'à cela ne tienne, le chanteur de pop a alors tendu le sien à la jeune femme, afin qu'elle puisse finir sa chanson sans encombre. Un épisode qui a fortement déplu à la branche conservatrice de la République islamique d'Iran, poussant le ministère de la culture et de l'orientation islamique a annoncé qu'il suspendait jusqu'à nouvel ordre les activités de Hamid Askari dans le pays. 

Ce ministère a rappelé par communiqué que « le chant solo d'une femme » constituait « une infraction » à la loi. Ce lundi 4 février, cette suspension s'est transformée pour Hamid Askari en interdiction formelle d'exercer le métier de chanteur, décrétée par le chef de la section musique du ministère de la Culture. 

Rubriques

Injustices