Pauvre planète

Après avoir analysé 34 000 études scientifiques, le GIEC publie ce matin le 2e volet de son rapport d’évaluation sur le changement climatique consacré cette fois à ses effets concrets (le 1er volet concernait les causes du réchauffement, le 3e proposera des pistes de réduction des émissions de CO2). Ce qu’on y apprend : si l’on parvient à limiter la hausse à +1,5° (= objectif de l’accord Paris), on réduirait "considérablement" les effets irréversibles mais "sans pouvoir tous les éliminer". Mais, si on suit la tendance actuelle (+2 ,7% d’ici 2100 voire plus car les promesses de réduction ne sont pas tenues), 10 x plus d’espèces risquent de disparaître et plus d’1/4 de l’humanité subira chroniquement une pénurie d’eau. 2 milliards d’humains assoiffés. Vive le futur.

Rubriques

Injustices