Migrants : l'Etat accusé

Dans une tribune du Journal du Dimanche, 14 associations reprochent à l'Etat de mettre en danger les migrants.

Le Secours catholique, Médecins du monde et 12 autres associations accusent l'Etat de "mise en danger délibérée" des migrants. Ils enjoignent Emmanuel Macron à respecter son engagement pris il y a 18 mois, celui de ne voir personne à la rue d'ici la fin de l'année 2017.

Dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche, ils déclarent : "Monsieur le président, votre engagement (...) a été vite oublié par votre gouvernement, votre majorité, vos services. Plus grave, par vous-même". Le Président de la République avait en effet promis au début de son mandat de ne plus voir "d'ici la fin de l'année des hommes et des femmes dans les rues, dans les bois". Un objectif loin d'être atteint aujourd'hui...

Les associations soulignent le fait que de nombreux migrants, y compris des enfants, vivent actuellement dans des recoins de la ville de Paris, sur des trottoirs ou sous des échangeurs.

Elles déplorent également les difficultés rencontrées par les migrants pour accéder à leurs droits : "Ces personnes à la rue ont toujours plus de difficultés à se nourrir, à se soigner, à trouver une information fiable pour faire valoir leurs droits élémentaires". Elles appellent donc une réponse immédiate et à la hauteur du problème.

Rubriques

Injustices