Les femmes en danger chez elles

D'après l'ONU, le domicile conjugal est bien l'endroit le plus dangereux pour les femmes. Une constatation alarmante alors qu'une récente étude nationale menée par la gendarmerie et la Délégation aux victimes révèle qu'en 2017, 109 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint, en France. 

Une femme perd la vie tous les trois jours, frappé à mort par son compagnon ou ex-compagnon. Des violences tellement importantes, que selon une étude de l'ONU dévoilée récemment, 58% des femmes tuées sous les coups de leur conjoint ou bien un membre de leur famille sont décédées au sein même de leur habitat. Ainsi, le logement, qui devrait être un endroit rassurant et protecteur, est en réalité "l'endroit le plus dangereux pour une femme", qui sont plus de la moitié à y perdre la vie sous les violences d'un proche. 

Les femmes ont plus de probabilité d'être tuées par leur compagnon ou un proche

"Cela représente environ six femmes tuées toutes les heures par quelqu'un qu'elles connaissent", souligne ainsi le Bureau des Nations unies sur la Drogue et la Criminalité. Bien que la grande majorité des homicides dans le monde aient pour victimes des hommes (près de 80 %), les femmes demeurent tout de même "celles qui ont le plus de probabilité d'être tuées par leur compagnon ou des membres de leur famille (...) ce qui fait du domicile l'endroit le plus dangereux pour une femme", explique le chef du Bureau de l'ONU. 

"Le fait que les femmes continuent à être victimes de ce type de violences davantage que les hommes dénote un déséquilibre dans les rapports de pouvoir entre hommes et femmes dans la sphère domestique", note également Louri Fedotov. 

Rubriques

Injustices