Le prix des médicaments en hausse

En 2019, les "honoraires de dispensation" des pharmaciens pourront être à la charge des patients, et non des complémentaires.

À partir de janvier 2019, certains médicaments pourraient bien coûter plus cher aux Français. Une inflation qui serait la résultante de l'entrée en vigueur d'une réforme datant de 2017, concernant la rémunération des pharmaciens. Alors que depuis 2015, à chaque vente de médicaments, les pharmaciens perçoivent des "honoraires de dispensation", somme servant à compenser la baisse forcée du prix des médicaments remboursables prix en charge par les complémentaires santé et l'Assurance maladie (à hauteur de 1,02 euro par boîte), ces honoraires varieront en 2019. Problème : pour certains médicaments dont ces honoraires varient, ce sera au patient lui-même de payer. 

"L'Assurance maladie nous l'a confirmé lors d'une réunion de travail le 14 novembre : si leurs contrats ne prévoient pas de rembourser les médicaments à 15% ou 30%, les complémentaires santé ne participeront pas aux honoraires du pharmacien", assure dans le Parisien le président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), Philippe Gaertner. 

Une manière pour l'Assurance maladie de faire des économies sur le dos des patients ?

Une réforme datant de 2017 qui pourrait donc avoir une conséquence pour le moins inattendue. En effet, ces "honoraires de dispensation" ne seront touchés qu'en cas de demande de remboursement du médicament. Ainsi, il reviendra parfois moins cher au patient de régler seul son médicament, plutôt que d'en demander le remboursement par l'Assurance maladie, mais de s'acquitter des honoraires de dispensation... Une manière pour l'Assurance maladie de faire des économies sur le dos des patients ?

Rubriques

Injustices