Le chat tueur

L’histoire se déroule à Bristol, en Grande-Bretagne. Shirley Hair, âgée de 65 ans a été admise à l’hôpital après avoir été griffée par son chat. Une griffure qui a failli lui coûter la vie.

Le 8 avril dernier, la sexagénaire a été griffée à la main par Chan, son chat siamois qu’elle décrit comme étant “malveillant”. Néanmoins, elle reste très attachée à son animal de compagnie et décrit les faits : “J'étais en train de m'occuper de mon jardin, j'ai voulu le prendre pour le caresser mais il n'était pas d'humeur”.

Une simple égratignure qui l’a finalement envoyée à l’hôpital. En effet, peu après les faits, Shirley a ressenti des symptômes similaires à ceux d’un état grippal (courbatures, perte d’appétit, fatigue…). Après être allée consulter un médecin et avoir suivi un traitement, son état s’est finalement empiré. Le lien avec la griffure a été fait lorsque l'égratignure a commencé à devenir rouge vif et qu’une éruption cutanée s’est développée sur l’ensemble de son bras.

Rapidement, elle a été admise à l’hôpital où les médecins l’ont plongée dans un coma artificiel. Opérée en urgence suite au diagnostic, son état de santé continue de se dégrader et fait même deux arrêts cardiaques. Après plusieurs traitements et huits opérations ainsi qu’une greffe de peau au niveau de l'égratignure qui est devenue une plaie, elle a finalement été tirée d’affaire. Elle est aujourd’hui rentrée chez elle en bonne santé mais son chat Chan a lui déménagé chez la fille de la sexagènaire.

Rubriques

Injustices