Interdit de voir son père mourant !

Ce jeudi 16 avril, la Gendarmerie nationale a exprimé ses “regrets” pour la verbalisation non appropriée d’un homme qui visitait son père mourant, sur l’Île de Ré.

Le 4 avril, Patrice Dupas voulait rendre visite à son père mourant, muni de son attestation dérogatoire de déplacement. A l’entrée du pont de l’Île de Ré, ce dernier a été contrôlé et verbalisé par les gendarmes et a dû faire demi-tour. Quelques jours plus tard, son père est décédé sans qu’il ait pu le voir une dernière fois. Ce jeudi, la porte-parole de la Gendarmerie nationale, Maddy Scheurer, a reconnu que les gendarmes n’avaient “pas perçu le degré d’urgence” du déplacement de Patrice Dupas, avant d’ajouter : “Il y a eu une véritable incompréhension. C’est malheureux. Nous le regrettons et nous comprenons sa peine”.

Patrice Dupas a saisi l’Inspection générale de la Gendarmerie nationale. La porte-parole a indiqué qu’une réponse serait “donnée rapidement” et que la gendarmerie avait fait les démarches nécessaires pour annuler la contravention. Le défunt, ému, a déclaré : “On m’a empêché de le revoir. C’est anormal. Ce gendarme était quelqu’un de borné. Je n’ai pas pu voir mon père une dernière fois avant qu’il meure alors que j’avais le droit de le voir”.

Rubriques

Injustices