« Jazz au phare », le festival de musique (et pas seulement de jazz) de l’Île de Ré, attire tous les étés depuis huit ans, les foules à Saint-Clément des-Baleines. Têtes d’affiche, cette année : Selah Sue, Lucky Peterson, Catherine Ringer, Electro Deluxe. Le style est décontracté. Les spectateurs apportent leur pliant, leur coussin ou s’assoient par terre. Seuls quelques gradins sont montés, réservés aux partenaires et à leurs invités.

Le 6 août (nous ne l’avons appris que le 11 septembre), en amateur averti, Jacques Toubon, ancien ministre de la Culture sous la Présidence de Jacques Chirac, et son épouse débarquent au concert de Lucky Peterson. Ils sont venus les mains dans les poches et jettent leur dévolu sur deux fauteuils dans les gradins.

Les bénévoles chargés de l’organisation leur font aimablement remarquer que « Ces places sont réservées ».

« Réservées pour qui ? Vous ne savez pas qui je suis » leur répond Jacques Toubon, un brin énervé.

Apparemment, non, et le ton monte rapido. Voilà que Toubon, actuel défenseur des droits, se met à défendre les siens hauts et forts : il bouscule la bénévole menaçant la « pauvre fille» d’utiliser son entregent pour la faire virer. « Si je n’étais pas là, ce festival n’existerait pas ! J’emmerde l’équipe de bénévoles et la sécurité ! »

Son épouse, malgré la présence de témoins, vient en renfort pour en rajouter, sur un mode très châtié : « Ta gueule, pétasse ! Dégage, feignasse ! Petite pute ! »

Effrayée, la responsable (elle, salariée) des bénévoles fait intervenir le service de sécurité, qui réussit tant bien que mal à repousser le couple Toubon vers la sortie.

Le président du Festival, appelé lui aussi à la rescousse, n’en a pas moins rattrapé le couple pour le réinstaller sur les gradins.

Il y a vraiment des baffes qui se perdent !

Ile de Ré Toubon pète les plombs 

 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !