Du bruit dans la justice

La justice est-elle trop laxiste ou trop sévère ?La question revient régulièrement, surtout avant les campagnes électorales… Mais mettons-la de côté, et imaginons la situation suivante. Une personne a été reconnue coupable. On demande à 200 juges différents de fixer sa peine. Moyenne de leurs réponses : 7 ans de prison. Si vous prenez deux de ces juges au hasard, de combien leurs sentences diffèreront-elles ?Réponse (aux États-Unis) :l’écart moyen est de presque 4 ans de prison. Ce n’est pas une individualisation de la peine, puisque les circonstances et la personnalité de l’accusé sont strictement identiques. C’est une variabilité aléatoire, entièrement fonction du juge – et du hasard qui lui affecte une affaire.Trouver les peines trop légères ou trop lourdes en moyenne, c’est soupçonner la justice de biais. Mesurer leur variabilité aléatoire, c’est constater le bruit. Le biais est discutable, le bruit est certain. Et tout aussi inacceptable : en principe, personne ne souhaite que la justice soit une loterie… Ce qui est vrai de la justice l’est de tous nos jugements : avec ou sans biais, ils sont sujets au bruit. C’est un problème aussi sérieux que le biais… et qu’on a trop tendance à oublier.

Rubriques

Injustices