Adieu Caroline

 

Peut-être est-ce injuste mais, en ce qui nous concerne, Caroline Cellier, disparue cette semaine, restera, à tout jamais, Claude Rivaut, dansL’année des Méduses(Christopher Frank, 1984). C’est peut-être injuste mais, pour nous, c’est fondamental car elle y démontrait que le charisme et la séduction d’une femme de 40 ans pouvaient résister à la sensualité triomphante de Valérie Kaprisky dans la gloire de ses vingt ans…Et même, l’évidence s’en est imposée avec les années, l’éclipser. Notre reconnaissance et notre tristesse sont infinies.

Rubriques

Injustices