39 combattants tués

Dans la nuit de mercredi à jeudi, 39 personnes sont mortes dans la province d’Idleb en Syrie à la suite d’intenses combats, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

Un massacre a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi. Alors que Moscou avait annoncé une trêve, le 9 janvier. Des tirs d’artillerie, des combats au sol et des raids aériens ont marqué la province d’Idleb.

Selon l’AFP : « Les combats ont éclaté vers minuit mercredi au sud de la ville de Maaret al-Noomane, en même temps que de violents bombardements malgré la trêve russo-turque ». Un ingénieur a également témoigné du chao qui règne dans la ville : « Nous habitons ici sans savoir si la trêve est réelle ou si elle n'existe que dans les médias. Sur le terrain, il n'y a pas de trêve. Les gens ont peur, les marchés sont désertés ».

Parmi les 39 morts, 22 avaient combattu dans les rangs des groupes jihadistes et rebelles et s’étaient opposés au régime syrien. Les 17 autres combattants étaient des membres de l’armée syrienne selon le directeur de OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Ce mercredi, 18 civils ont été tués par des frappes aériennes dans la ville d’Idleb qui faisait partie des derniers bastions échappant à l’emprise de Damas.

Rubriques

Injustices