1200€ pour voyager par terre

La famille britannique s'est retrouvée contrainte de voyager par terre après avoir payé 1200 euros des places d'avion qui en réalité n'ont jamais existé... 

La famille, souhaitant rentrer de Minorque en juin dernier, a donc réservé des billets d'avion de la compagnie Tui pour regagner l'Angleterre. "Nous étions arrivés à l'aéroport avec trois heures d'avance pour passer les contrôles de sécurité et le check-in tôt afin d'être sûrs que nos places étaient bien réservées", a rapporté la mère sur BBC One. 

Paula Taylor, son mari et leur fille de dix ans ont donc embarqué dans l'appareil et commencé à chercher les places qui leur avaient été attribuées. "On était très contents de savoir qu'on allait pouvoir s'asseoir tous les trois côte à côte", a souligné la maman. Mais qu'elle ne fut pas leur stupéfaction de s'apercevoir que les places en question - les sièges 41D, E et F -, n'existaient pas du tout dans cet avion. "Quand on a vu que nos sièges n'existaient pas, on s'est regardé et on s'est demandé où ils étaient passés", poursuit Paula Taylor.

Les hôtesses, tout aussi démunies que la famille, leur ont proposé de faire le voyage assis sur les strapontins qui leur sont d'ordinaire réservés. Une solution de courte durée, puisque le personnel de l'avion ayant besoin de cet emplacement pour préparer les chariots de nourriture et les produits duty free, la petite famille a donc été invitée à... s'asseoir par terre jusqu'à l'arrivée. 

Le copilote est venu les voir à la fin du vol, afin de les remercier pour leur patience et leur compréhension, explique la mère de famille qui rapporte que le vol a été vraiment difficile pour eux, le sol étant sale et inconfortable. 

L'Autorité Britannique de l'Aviation Civile s'est vu confier l'enquête qui devra déterminer les raisons de cet incident. Quant à la compagnie en question, elle a simplement accepté d'offrir un simple bon de 33 euros à la famille. Après la diffusion du témoignage de la famille Taylor sur la BBC, la compagnie Tui a finalement accepté de rembourser les sièges inexistants aux malheureux passagers. 

Rubriques

Injustices