Un jeune moniteur de colonie de vacances est accusé d'attouchements sexuels sur trois mineures. Les parents ont porté plainte. Il sera jugé dans une semaine pour des actes d'ordre sexuel.

Chaque personne a, au moins une fois dans sa vie, connue les joies des colonies de vacances, avec ses ambiances festives, ses soirées dansantes, les moments de rigolade entre amis et les activités en plein-air. Mais parfois, celles-ci prennent une autre tournure.

En automne 2015, lors d'un camp organisé en Suisse par une structure spécialisée en colonies de vacances, un scandale sexuel a éclaté au grand jour. Selon plusieurs sources, une affaire sexuelle s'est retrouvée sur le dos d'un moniteur, âgé d'une vingtaine d'années, et dont le comportement a été considéré comme suspect. En effet, ce dernier agissait de façon très tactile avec les enfants. Aujourd'hui, il est accusé d'actes sexuels sur trois filles mineures

L'affaire se serait déroulée à la piscine

Selon ces mêmes sources, trois filles, nées entre 2004 et 2005, et donc âgées entre 10 et 11 ans au moment des faits, auraient subi des attouchements de la part du jeune homme. Ces dernières se trouvaient dans une piscine, dans l'Oberland bernois en Suisse, lorsque l'accusé aurait enlacé une mineure et posé les mains sur ses seins. Une autre des trois mineures l'accuse d'avoir glissé sa main sur son bas-ventre. Quant à la troisième, elle affirme que le sexe du moniteur était en érection et qu'il se serait frotté par-derrière, contre elle, les mains sur sa poitrine. 

Les parents des jeunes filles ont porté plainte

C'est lorsqu'une des premières filles s'est confiée à sa maman que l'affaire a éclaté. En effet, cette dernière a décidé de porter plainte. Elle a été suivie de près par les parents des deux autres victimes. Les avocats représentant les parties plaignantes n'ont pas souhaité s'exprimer sur cette affaire sensible "qui touche des enfants". Quant à l'avocat du moniteur accusé, il entend "réserver" ses déterminations au tribunal. De plus, il soutient que ces accusations, dont son client est la cible, "sont absolument contestées". L'affaire devrait être jugée à Lausanne le 13 juin prochain

Un jeune sur sept touché par des actes sexuels en Suisse

Selon une étude, publiée en 2012, un jeune Suisse sur sept a déjà été contraint à des rapports sexuels non consentis ou a été touché contre son plein gré, sur ses parties intimes. Près de deux tiers des victimes ont été touchées plus d'une fois. Au niveau de la loi, s'il y a un écart d'âge de trois ans entre les participants à des actes sexuels et que le plus jeune a moins de 16 ans, le plus âgé est punissable. Dans une telle configuration, même embrasser avec la langue est considéré comme une agression sexuelle.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !