Un assassinat a récemment provoqué l'indignation en Côte d'Ivoire : un enfant de quatre ans, porté disparu durant le week-end a été retrouvé mort. Son meurtre, réalisé de manière barbare, ne serait par le premier de la sorte : on compte de plus en plus d'enlèvements d'enfants dans le pays, pour des meurtres dits "rituels". L'auteur de ce massacre a été arrêté, mais les habitants sont révulsés par cet acte, qui devient trop courant. 

Traoré Aboubacar Sidick, surnommé également Bouba, avait été porté disparu le week-end des 24 et 25 février 2018 dans le centre-ville d'Abidjan. Son meurtrier, un bijoutier de 27 ans,  ayant avoué son crime ainsi que le lieu où cela s'est produit, la police a pu retrouver son corps. Ce dernier se trouvait près du CHU de Cocody

Un crime rituel évoqué

L'auteur de ce crime aurait avoué aux policiers responsables de l'enquête qu'il aurait accompli ce meurtre pour devenir riche, il aurait même utilisé les termes de "crime rituel", une pratique qui se veut de plus en plus courante dans le pays, exaspéré de voir passer des corps d'enfants. 

Le bijoutier aurait ainsi demandé conseil à un marabout, qui lui a indiqué qu'il devait sacrifier un être humain. Pour que sa requête soit exaucée et que le rituel fonctionne, il faut que les instructions du marabout soient parfaitement suivies, le petit Bouba en a payé les frais.

"Trop c'est trop"

D'après la police du pays, ce genre de crime rituel n'avait pas eu lieu depuis de nombreuses années. Ce phénomène est aujourd'hui réapparu, au grand désespoir de la population locale. Désormais, des enfants sont enlevés en masse et le pays voit des avis de disparition fuser par dizaine, d'après une association de défense des droits des enfants. 

Le meurtre de Bouba était celui de trop : les habitants ont organisé une marche devant l'hôpital de Cocody afin de montrer leur indignation. «Nous n’avons pas le droit de laisser prospérer ces crimes contre les enfants. Il faut que ça s’arrête. Par cette manifestation, c’est un soutien moral que nous apportons à la famille de Bouba » a déclaré Nicole Mireille, l'une des organisatrice de la manifestation. 

Le pays espère voir les choses changer et le nombre de meurtres d'enfants diminuer. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !