Le pronostic vital de la petite fille de 6 ans, hospitalisée à Bourges il y a quelques jours puis à Tours, est toujours engagé... La mère et son compagnon, qui ont tenté de prendre la fuite, ont été écroués et mis en examen pour actes de tortures et de barbarie. Trois autres proches de la fillette sont également mis en examen. 

L'alerte a été donnée par l'hôpital de Bourges, qui a accueilli la petite fille de six ans dans le coma il y a cinq jours. Les premiers examens mettent en évidence un traumatisme crânien, ainsi que de multiples traces de morsures, de brûlures et un hématome sous-dural. Face à la gravité des blessures de la fillette, celle-ci est transférée au CHU de Tours et les autorités sont alertées.

La mère et son compagnon tentent de prendre la fuite

Les trois femmes qui ont amené la petite fille à l'hôpital se volatilisent alors. La mère de l'enfant qui n'a pas fourni sa réelle identité est introuvable, tout comme les deux femmes qui ont affirmé au personnel soignant ne pas la connaître ni la fillette. Un dispositif de recherches est mis en place et finalement, la mère de la petite fille et son compagnon sont interpellés en gare de Toulouse, puis placés en garde à vue. Les deux autres femmes qui prétendaient n'avoir aucun lien avec la famille sont en réalité des proches. Elles sont également placées en garde à vue.

Face aux enquêteurs, le couple se rejette mutuellement la responsabilité des coups. "De nombreuses zones d’ombre restent à éclaircir, mais ce qui est certain, c’est que les examens ont montré que cette petite fille a reçu des coups à différents moments et pas uniquement dans la nuit de vendredi à samedi. Et que c’est un coup certainement plus violent que les autres, donné dans la nuit de vendredi à samedi, qui a entraîné l’hématome sous-dural et le traumatisme crânien", précise une source judiciaire à LCI. 

Cinq personnes mises en examen

Présenté à un juge ce jeudi, le couple a été mis en examen pour "actes de torture et de barbarie commis de manière habituelle sur mineur de moins de 15 ans". Les deux autres femmes qui avaient accompagné la mère et l'enfant à l'hôpital ont été mises en examen pour "non-dénonciation". Une cinquième personne, proche de la famille, a également été mise en examen pour "non-assistance à personne en danger".

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !