A Marseille, une habitante de 76 ans a été entendue par la police dans le cadre d'une affaire peu banale... Et pour cause, la retraité avait dissimulé le décès de sa mère, survenu 23 ans plus tôt, afin de continuer à percevoir la retraite de cette dernière.

L'affaire que vienne de mettre à jour les enquêteurs de la sûreté départementale des Bouches-du-Rhône est peu banale. Le 6 avril dernier, une retraitée de 76 ans a été entendue par les policiers. Cette dernière est soupçonnée d'avoir dissimulé la mort de sa propre mère survenue 23 ans plus tôt afin de continuer à percevoir sa retraite. 

Selon Le Point, la Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) aurait fini par s'apercevoir de la situation anormale lors d'un contrôle mené par ses agents en 2015. Lors de ce contrôle, la retraité explique pour justifier l'absence de sa mère, née en 1914, que cette dernière est en vacances dans son pays d'origine, au Monténégro. En réalité, la mère de l'accusée est morte en 1993 et sa fille n'a tout bonnement jamais déclaré son décès. 

L'escroc, prise de panique suite à ce premier contrôle, produit alors un faux certificat de décès pour sa mère, indiquant une date récente, afin de faire croire que son aînée est morte le 25 septembre 2015. Elle finira finalement par passer aux aveux face aux enquêteurs de la brigade de lutte contre les fraudes de la sûreté départementale. 

La septuagénaire aurait ainsi perçu un peu plus de 500 euros mensuels, durant 23 ans, soit près de 162.000 euros. Une somme qui lui aurait permis d'acquérir un appartement dans la cité phocéenne ainsi qu'un chalet dans les Alpes-de-Hautes-Provence.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !