Ce Britannique de 31 ans est accusé d'avoir tué sa fille adoptive de 18 mois, qu'il venait tout juste d'accueillir avec son compagnon dans son foyer...

L'homme, professeur de fitness, avait mis sa carrière entre parenthèses pour accueillir au mieux la petite Elsie, qu'il venait d'adopter. C'est du moins ce que raconte Mzatthew Scully-Hicks, un Britannique de 31 ans accusé d'avoir violenté de manière répétée la fillette de 18 mois jusqu'à sa mort. En effet, depuis des mois, ce "père" "abusait de la fillette et l'agressait", a rapporté ce mardi la cour de Cardiff en charge de le juger.

En septembre 2015, Matthew Scully-Hicks et son mari Craig avaient entamé les démarches administratives dans le but d'adopter un enfant. Une procédure qui, huit mois plus tard, avait permis au couple d'adopter la petite Elsie. Mais moins de deux semaines après cette bonne nouvelle, la fillette mourrait des suites d'une série de traumatismes crâniens, comme le rapporte le Daily Mail.

" Je vis l'enfer avec Elsie !" 

Suite à ce drame, les policiers ont retrouvé sur la tablette de Matthew Scully-Hicks des messages troublants, envoyés à ses amis. Dans l'un d'entre eux, le jeune homme visiblement excédé écrivait : "Je vis l'enfer avec Elsie ! Les repas et le coucher sont mon pire cauchemar en ce moment. Là, elle hurlait non-stop depuis dix minutes. Elle vient d'arrêter, mais je doute que ce soit la dernière fois où je l'entendrai crier ce soir".

Ce même jour, Matthew Scully-Hicks avait envoyé un autre message à son mari, dans lequel il traitait l'enfant de "psychopathe"...

Interrogés par la police, les voisins du couple se souviennent notamment des hurlements de la petite Elsie et de la musique poussée à plein volume pour couvrir ses cris, mais également des nombreuses insultes du père à la fillette : "Je l'ai entendu crier : 'Tu vas fermer ta putain de gueule, petite conne !" raconte l'un d'eux.

Malgré les preuves évidentes de maltraitance, Matthew Scully-Hicks, qui restait à la maison avec l'enfant tandis que son compagnon partait travailler, nie avoir fait preuve de violences envers la fillette. Son procès, actuellement en cours, devrait encore durer deux semaines.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !