Trente-deux ans après la mort du petit Grégory, trois membres de sa famille ont été placés en garde à vue, ce mercredi 14 juin. Un coup de théâtre dû à un logiciel informatique : "AnaCrim". 

"AnaCrim" est un logiciel du Service central du renseignement criminel (SCRC) et des sections de recherche de gendarmerie, il est notamment utilisé par les enquêteurs dans les affaires criminelles les plus complexes, encore jamais résolues. 

Ce logiciel sur lequel s'appuient des agents spécialement formés concentre tous les éléments et les indices spécifiques à une enquête, à savoir les noms, les photos, les lieux du crime, mais aussi les emplois du temps donnés par les témoins auditionnés. AnaCrim réorganise tous ces éléments chronologiquement, de manière à traquer les incohérences et émettre des hypothèses.

"Ce logiciel permet de préparer des stratégies d’audition de témoins, d’exploiter toutes les pistes et de les prioriser", explique au Parisien le colonel-chef du Bureau des affaires criminelles (BAC), Didier Berger.

AnaCrim ne peut pas remplacer les enquêteurs et ce n'est d'ailleurs pas sa vocation. Le logiciel a été programmé pour apporter une aide précieuse aux agents, en les aidant à ne pas se perdre dans la densité des informations récoltées, particulièrement quand ces derniers sont confrontés à des affaires qui s'étalent dans le temps. 

"Tous les grands services d'enquête européens se sont dotés de ce type d'outil et notamment Europol", précise le colonel.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !